2018 Minervois Harvest Report

....At last, a very good year and some normality for us..Enfin! Une bonne année et le retour au presque normal....
— Graham

....

update Nov. Shortly after posting our harvest report, some terrible floods ripped through the region. We were very fortunately unscathed, but the region suffered loss of life and livelihood.

A year of vacillating and damaging weather, fluctuating vine health and surprises! One thing is for sure, the concept of a “normal” year is no more, and we need to adapt our winemaking accordingly. We were fortunate this year, and the harvest concluded under blue skies with a smiling, yet tired team.

H₂O

In our region of the Languedoc, sunshine being plentiful, we worry more about rain. How much, when and how it falls, and also how much rain there was in the previous years (to replenish water tables and prompt the vine to get out of “self-defence” mode). The 2015 and 2016 harvests had very little rain compared to normal, and the 2017 harvest, despite annual rainfall returning to normal, gave us a dry summer and a 40% drop in harvest yields.

The winter months for this harvest cycle provided 230 mm of water between October and February, lower than some previous year, but a regular mild rain that helped replenish water levels. March to May, however, was an impressive 280 mm, great for stimulating the vines during budding and growing season.

Since a winegrower can never be completely happy, the downside from this water initially was the parcels being too wet to move in with our mechanical weed cutters. The tractors struggle in very muddy conditions, as do us humans getting our boots stuck in the mud, and we want to avoid compacting the wet soil from the weight of the tractor. As soon as the sun came out, it wasn’t only the vines rejoicing. The weeds mounted a rapid push, and it was a race to get out as soon as the soil was dry enough to cut these back (no chemicals for us!) and allow the vines to benefit from resources unhindered.

While 2017 had a dry summer with lots of berries but not much juice, 2018 has enough occasional rain to fill the grapes, bringing us good bunches and helping the younger vines produce at last.

However, that was the easy part for vineyards in the region...

Frost, hail and disease

Last year gave us images of vignerons protecting their vines by lighting fires to keep them warm. This year, we were spared this toil for the most part. Readers must think it bizarre to mention frost in a region perceived to be sodden with sunshine. But no; the Languedoc runs the risk of frost up to the end of April - and is what sadly occurred in many parts of the region, damaging budding. The St Jacques topography part-resembles a “wind tunnel” up a long valley, which we refer to as “God’s hair dryer”, keeping frost damage to a minimum and also drying vines quickly.

Hail was another damaging feature in the spring and summer of 2018. Hail is highly localised, as well as being destructive physically to vines. Again, we escaped the phenomenon. Relief in-house but indiscriminate elsewhere. Reports from neighbouring areas were of violent storms lasting several minutes and pounding vines, cars, and buildings with golf-ball sized hailstones. Seeing rows of vines without a leaf on them after 3 minutes made many wonder what they were doing in this industry! Car body repair shops and veranda glass replacement businesses were not disappointed.

The other bane to the vigneron’s life here in the western part of the Languedoc prior to the grape’s colour change or “veraison” was “downy mildew”, or mildiou in French, which occurs under warm and humid conditions and particularly before colour change in the grape skin (once colour change has set in, it is less of a problem). Unless spotted early and treated quickly, it spreads like wildfire. We had slight damage from mildiou, but were fortunate it affected us later than others, after the start of the veraison, and not enough to seriously affect the health or volume of the harvest.

The September Harvest

So, after all the vicissitudes of the spring and summer months’ weather, particularly after the encouragingly wet winter months, we approached September and the harvest with bated breath. As we had relatively healthy fruit and higher yields compared to prior years, we even displayed a certain optimism, particularly given the hail, frost and rot phenomena that many of our neighbours suffered.

And after so much vacillatory weather since the beginning of the year, we were at last rewarded with an Indian summer through September. Cool nights and warm days right up to the end of the month. Just what the doctor ordered for a trouble-free harvest. And with dry conditions all month, we anticipated a quality harvest too.

We were not disappointed. We started with the whites on the 3rd of September, both the Viognier & Vermentino making us smile. Youthful plantings of Roussanne & Marsanne added to our “joie de vivre”. The Grenache & Mourvedre for the rosés came next. After a short respite to allow final ripening, the Syrah & Grenache were harvested next, the late-ripening varieties of Carignan and Mourvèdre for the reds being last.

As mentioned in past reports, we machine harvest 100% now. It’s quicker, cheaper and more flexible than manual picking to harvest parcels at the perfect time - but less romantic for many. After the leap in quality from a few years ago, modern harvesting machines are continuing to improve, even conducting a “tri” (selection) and having the stems removed (source of harsh tannins) while they harvest. The grapes go straight into tank as beautiful clean marbles and no longer have to separately go through an égrappoir (destemmer), thus removing a source of bruising. We initially harvested with a team of 12-15. We now conduct it with 3 in a fraction of the time, and optimally for each parcel.

Conclusion

For us, this was a year of snatching victory from the jaws of defeat

Qualitatively and quantitatively, we have had a good harvest. Escaping the worst that Nature could throw at us during the earlier months of 2018, together with the blissful Indian summer weather of September (“la cerise sur le gâteau”), has given us optimism and highly enjoyable tasting sessions.

More broadly with the changing weather patterns, winegrowers are having to adapt. A few more are taking weather insurance, some are leaving, some are learning to buy in juice from elsewhere after being hit by frost, hail or mildiou, some are considering irrigation as an answer for drier conditions, or other varietals better adapted. We hope difficult years like this will also spur research for natural ways to control disease. To end on a positive note, although being organic means we have fewer tools at our disposal to counter disease, we also witness our vines being better able to support variations in weather and appear to produce better quality juice. Let’s hope others see it the same way!

..

Une année avec une météo changeante et parfois dommageable, des vignes à la santé fluctuante et des surprises! Une chose est sûre, l’idée d’une année «normale» n’est plus, et nous devons adapter notre vinification en conséquence. Nous avons eu de la chance cette année et la récolte s'est terminée sous un ciel bleu avec une équipe souriante mais fatiguée.

H₂O

Dans notre région du Languedoc, le soleil étant abondant, nous nous inquiétons davantage de la pluie. En quelle quantité, quand et comment elle tombe, mais aussi combien de pluie il y a eu les années précédentes (pour reconstituer les nappes phréatiques et inciter la vigne à sortir du mode de «légitime défense»). Les récoltes de 2015 et 2016 ont connu très peu de pluie par rapport à la normale et la récolte de 2017, malgré le retour à la normale des précipitations annuelles, nous a donné un été sec et une baisse de 40% des rendements.

Les mois d’hiver de ce cycle de récolte ont fourni 230 mm d’eau entre octobre et février, soit un niveau inférieur à celui de l’année précédente, mais une pluie douce et régulière a permis de rétablir les niveaux d’eau. Cependant, de mars à mai, la pluviométrie impressionnante était de 280 mm, ce qui était idéal pour stimuler les vignes pendant la saison de croissance et de bourgeonnement.

Etant donné qu'un viticulteur ne peut jamais être complètement heureux, l’inconvénient de toute cette eau était initialement que les parcelles étaient trop mouillées pour que nous puissions les travailler avec nos machines à désherber. Les tracteurs se débattent dans des sols très boueux, tout comme nous, les humains, qui enfonçons nos bottes dans la boue. Or, nous voulons éviter de compacter le sol humide sous le poids du tracteur. Dès que le soleil est réapparu, il n'y a pas que les vignes qui se sont réjouies. Les mauvaises herbes ont rapidement poussé, et il était très difficile de sortir dès que le sol était suffisamment sec pour les enlever (pas de produits chimiques pour nous!), et permettre à la vigne de tirer pleinement partie des ressources.

Alors que 2017 a eu un été sec avec beaucoup de grains mais pas beaucoup de jus, 2018 a eu assez de pluie occasionnelle pour remplir les raisins, nous apportant de bonnes grappes et aidant enfin les jeunes vignes à produire.

Cependant, c’était la partie facile pour les vignobles de la région.

Gel, grêle et maladie

L'année dernière, nous avons vu des images de vignerons protégeant leurs vignes en allumant des feux pour les tenir au chaud. Cette année, ce travail leur a été épargné. Les lecteurs doivent penser qu’il est étrange de mentionner le gel dans une région perçue comme ensoleillée. Mais non; il y a des risques de gel dans le Languedoc risque jusqu’à la fin du mois d’avril - et c’est ce qui s’est malheureusement produit dans de nombreuses parties de la région, ce qui a nui au bourgeonnement. La partie de la topographie de Saint-Jacques ressemble à une "soufflerie" dans une longue vallée, que nous appelons "sèche-cheveux de Dieu", minimisant les dommages dus au gel et séchant rapidement la vigne.

La grêle a également été un phénomène dommageable au printemps et à l'été 2018. La grêle est très localisée et détruit physiquement les vignes. Encore une fois, nous avons échappé au phénomène. Soulagement chez nous mais un grand nombre de vignobles voisins n’ont pu y échapper. Selon les informations communiquées par les zones voisines, de violents orages ont duré plusieurs minutes et ont donné des grêlons de la taille d’une balle de golf qui ont martelé vignes, voitures et bâtiments. A la vue de rangées entières de vignes sans feuille après 3 minutes, beaucoup de viticulteurs se sont demandés ce qu'ils faisaient dans ce métier! Les ateliers de carrosserie et les entreprises de remplacement de vitres de véranda n’ont pas été déçus!

L’autre fléau dans la vie d’un vigneron de l’ouest du Languedoc est le mildiou, qui se produit dans des conditions chaudes et humides et particulièrement avant le changement de couleur de la peau du raisin, appelé véraison. (Une fois le changement de couleur installé, le problème est moins grave). À moins d'être repéré tôt et traité rapidement, il se répand comme une traînée de poudre. Nous avons subi de légers dégâts dus au mildiou, mais nous avons eu la chance que celui-ci nous touche plus tard que d’autres, après le début de la véraison, et pas assez pour affecter sérieusement la santé ou le volume de la récolte.

La récolte de septembre

Donc, après toutes les vicissitudes de la météo printanière et estivale, et surtout après les mois d’hiver particulièrement humides, nous avons approché septembre en retenant notre souffle. Comme nous avions des fruits relativement sains et des rendements supérieurs à ceux des années précédentes, nous avons même fait preuve d’un certain optimisme, en particulier du fait des phénomènes de grêle, de gel et de mildiou dont une grand nombre de nos voisins ont souffert.

Et après une météo si changeante depuis le début de l’année, nous avons enfin été récompensés par un été indien jusqu’en septembre : des nuits fraîches et des journées chaudes jusqu'à la fin du mois. Exactement ce que le médecin a prescrit pour une récolte sans problèmes. De plus, grâce à des conditions sèches pendant tout le mois, nous pouvions légitimement nous attendre à une récolte de qualité.

Nous n'avons pas été déçus. Nous avons commencé par les Blancs le 3 septembre. Le Viognier et le Vermentino nous ont fait sourire. Les jeunes plantations de Roussanne et Marsanne ont ajouté à notre joie de vivre. Le Grenache et le Mourvèdre pour le rosé sont venus ensuite. Après un court répit pour permettre la maturation finale, les Syrah et Grenache ont été récoltés, suivies enfin par les variétés tardives telles que Carignan et Mourvèdre pour les Rouges.

Comme mentionné dans les rapports précédents, nous récoltons à 100% à la machine. C’est plus rapide, moins cher et plus flexible que la cueillette manuelle pour récolter les raisins au meilleur moment- mais moins “romantiques” pour certains. Après le bond en qualité d’il y a quelques années, les machines à vendanger modernes continuent de s’améliorer et procèdent même désormais au tri des raisins et à l'éraflage (les rafles étant sources de tanins herbacés) en même temps qu’elles vendangent. Les grains de raisins qui, à l’issue de ces deux processus ressortent comme des billes parfaitement propres vont directement dans les cuves et n’ont plus besoin de passer séparément dans un égrappoir. Cela évite ainsi le risque que le raison ne s’abîme et noircisse. A l’origine, nous vendangions avec une équipe de 12-15 personnes. Désormais, 3 personnes suffisent, et le gain de temps qui en résulte est inestimable et optimal pour le travail sur chaque parcelle.

Conclusion

Pour nous, cette année, nous pouvons finalement dire que nous avons remporté une bataille qui semblait perdue d’avance.

Qualitativement et quantitativement, nous avons eu une récolte satisfaisante. Le fait d’échapper aux pires obstacles que Mère Nature a mis sur notre chemin pendant les premiers mois de l’année ainsi que le formidable été indien durant le mois de septembre (“la cerise sur le gâteau”), nous a procuré un grand optimisme et des séances de dégustations fort agréables.

Plus largement, avec le changement climatique, les vignerons doivent s’adapter. De plus en plus choisissent de prendre une assurance contre les aléas climatiques, certains abandonnent, certains sont obligés de se fournir en jus dans d’autres domaines après avoir été frappés par le gel, la grêle ou le mildiou, d’autres pensent à l’irrigation comme réponse à des conditions de plus en plus sèches, ou à d’autres cépages mieux adaptés. Nous espérons que des années aussi difficiles que celle-ci encourageront la recherche de méthodes naturelles pour contrôler les maladies.

Et pour finir sur une note positive, même si le fait d’être en agriculture biologique signifie que nous avons moins d’outils à notre disposition pour faire face aux maladies, nous remarquons également que nos vignes sont plus aptes à supporter les variations climatiques et semblent produire un jus de meilleure qualité. Espérons que les autres seront d’accord avec nous!

....
 

  ....Our Syrah buddy and our budding Syrah..  Notre jolie Syrah et notre syrah bourgeonnante ....

....Our Syrah buddy and our budding Syrah..Notre jolie Syrah et notre syrah bourgeonnante....

EN
FR